Pages

mardi 4 mai 2010

Fébrilité

Bonjour à vous toutes,
L'année scolaire tire à sa fin pour fiston jr., et maman est très fébrile. Il prépare son porte-folio, son site web, ainsi que le fruit de 3 années de travail: son court film 3D. Je l'ai vu motivé, découragé, enragé, vouloir tout abandonner, s'y remettre, il a passé par bien des tempêtes. J'étais à ses côtés, en donnant le meilleur de moi, et je vous avoue que parfois, cela n'a pas toujours été facile. J'ai bien passé quelques nuits les yeux grand ouverts, à me questionner, à retourner dans ma tête la situation pour trouver des solutions. Enfin, il est satisfait de son travail et espère trouver un emploi dans le domaine. Toujours est-il que je cherchais un porte documents pour y glisser ses travaux et je suis tombée sur les miens... Lorsque mon rôle de maman s'est tranquillement effacé, et a fait un vide dans ma vie, j'ai cherché en moi ce que j'avais sacrifié pour donner tout mon temps à ma famille, ces talents que j'avais utilisés pour uniquement créer des choses utiles, pouvais-je désormais leur rendre leur liberté, et m'amuser? C'est justement à fiston jr. que je dois d'avoir ouvert la porte à ce talent artistique, mon talent mal aimé. À travers divers ateliers, cours, j'ai essayé de trouver l'endroit propice à ma créativité. J'ai donc exploré le dessin, le pastel, l'aquarelle avec divers professeurs, sous diverses façons. Mon talent endormi, relégué aux oubliettes, voulait à tout prix que j'atteste ma faute de l'avoir négligé, et il a tardé à bien vouloir ressurgir aisément... On avait beau faire des ah! et des oh!, ce n'était pas suffisant pour consoler la peine que j'avais eue dans le temps, que j'avais volontairement cachée sous le tapis, et qui ressortait de sa cachette chaque fois que je tenais crayon ou pinceau dans ma main devant une page blanche. Ce qui se déposait sur ma feuille, malgré l'apparente beauté, ne parvenait pas à combler ce vide, créait un malaise entre moi et la feuille, rien ne me satisfaisait, mon critique intérieur semait la pagaille en moi. Je me sentais ingrate envers ce don que je n'avais pu exploiter, ma démission devant ma feuille, mon insatisfaction chronique étaient interprétées par mon entourage, à tort cette fois, comme une expression de mon perfectionnisme, alors que c'était beaucoup plus profond. Au grand dam, de certains de mes professeurs, j'ai abandonné les cours, faute de réponse. C'est le scrapbooking qui m'a permis de trouver la clé! M'amuser, comme une petite fille, sans rien attendre d'autre que le moment qui passe à jouer avec les couleurs, les étampes, le papier, et tout le tralala de l'attirail qui compose une trousse de scrap bien garnie. Maintenant que j'ai ouvert la porte, je tente tranquillement de réintégrer ces techniques apprises au fil des années que je n'ai jamais pu m'approprier, parce que trop anxieuse de présenter un travail conforme à la demande et incapable de faire face à ma peine. Sous une telle pression, la créativité boude! Et moi, je voulais de la créativité, pas de la copie!
Cependant, il reste que le travail accompli avait sa raison d'être, et mérite d'être considéré comme une étape importante de mon parcours. C'est pourquoi ce matin, je vous présente, bien humblement et avec beaucoup d'émotions, deux de mes dessins. Vous reconnaîtrez une reproduction de SUZY, (d'Edwin Holgate) réalisée au pastel, ainsi qu'un exercice de couleurs au Prismacolor d'une toile de VanGoth. Ces travaux datent d'il y a environ 3-4 ans, je les avais même oubliés...


2 commentaires:

Marie-Josée Trudel a dit…

Wow! C'est quelque chose!

PauleetChinelle a dit…

Merveilleux,Super! Merci de me faire partager tes dessins. Je le savais que tu avais du talent, j'en étais certaine et encore une fois je ne m'étais pas trompé sur ton conte.Tu es une vrai artiste.

LA CRÉATIVITÉ. La seule chose que j'ai retenu de mon cour de créativité dans mon cour en service de garde c'est «Faire du pouce avec les idées des autres» et je m'en sers presque à chaque jour dans tout sorte de chose. On part de quelque chose que l'on entend que l'on voie ou que l'on lit et on se l'approprie et on le remodèle à notre goût donc sa devient notre propre chef d'oeuvre. Pour moi c'est vraiment magique.